Qu'est-ce-qu'un VAL ?

Nouvelle ligne 1 prévue à Lille

Un VAL pour Véhicule Léger Automatisé, est un métro léger sans conducteur. Entièrement automatisé il circule en sous-terrain, tranchée couverte, ou viaduc, et ne traverse donc jamais la circulation automobile. C'est une salle de contrôle qui permet de mettre en route autant de rames que nécessaire, suivant les heures de pointe ou évènements déplaçant du public.

Ce type de transport en commun existe-t-il déjà en France ?

 

VAL de Toulouse

Val de Rennes

 

Oui cela existe depuis 1983 à Lille. Depuis se sont équipées Toulouse, Rennes, Orly. Et bien d'autres villes dans le monde. Le matériel roulant est confortable, agréable, climatisé avec un design futuriste. 

Mais combien ça coûte ?

L'investissement initial est lourd. Pour la liaison Cannes-Nice il est estimé à 1,5 milliard d'euros, matériel roulant compris. Mais il est rentable s'il est bien fait. Si le tracé dessert bien les quartiers, et que les tarifs sont cohérents, un VAL peut être remboursé en 6 ou 16 ans (selon les villes). Alors qu'un Tramway est amorti en 30 ans et n'est jamais bénéficiaire.  

Pour les usagers le même ticket ou abonnement permettra de prendre le VAL et des correspondances en bus.

Comment le VAL arrive-t-il à être rentable ?

Oui, le VAL arrive à être rentable. C'est rarissime dans les transports en commun, c'est pour cela qu'on insiste. Avec un VAL rentable, les premières années vous remboursez vos emprunts, puis les années suivantes vous faites gagner de l'argent à la collectivité ! C'est ce qui s'est passé à Rennes qui si tôt terminée la ligne 1 s'est engagée pour une seconde ligne.

En effet un VAL n'a pas de conducteur. La masse salariale est donc beaucoup moins importante que pour les autres transports en commun. Pour exemple, pour un TRAM ou des Bus, généralement le personnel représente 60% des charges totales, contre 30 à 37% pour un VAL (suivant si l'on compte le personnel au sol pour l'accompagnement et la sécurité des usagers dans les stations). 

Il y a aussi sa fréquence qui est d'un passage toutes les 4 minutes et peut passer à 50 secondes en période de pointe, et ce sans ajout de conducteur. Tout étant automatisé c'est la salle de contrôle qui décide du nombre de rames à mettre en circulation.

Peut-il y avoir des accidents ?

Il ne peut pas y avoir d'accidents comme avec un Tram, car le VAL ne traverse pas la circulation automobile, ni les piétons. Il roule uniquement en sous-terrain, viaduc ou tranchée couverte. Donc sa voie est complètement indépendante.

D'autre part, dans les stations, les portes palières du quai s'ouvrent en même temps que celle de la rame. On ne peut donc pas tomber sur la voie, ce qui fait qu'il n'y a ni accident ni suicide. 

La création d'un VAL risque-elle de vider les bus et mettre des chauffeurs au chômage ?

Et bien non. La création d'un VAL augmente au contraire la fréquentation des autres types de transport. En fait, plus les transports en communs sont efficaces, plus il y a de monde qui les empruntent.

Un VAL sur le littoral de Cannes à Nice c'est aussi une chance pour les villes en retrait, car nous pourrons augmenter le nombre de bus voire allonger les dessertes grâce à l'afflux de nouveaux passagers. On peut même envisage à terme de nouvelles lignes de tram automatisé sur les communes en continuité urbaine avec le tracé que nous proposons.

C'est un plus pour le tourisme ?

Oui car il y aura moins de voitures et donc moins de pollution. Et donc des villes plus agréables et attractives. D'autre part l'accès aux centres villes, aux parcs touristiques, aux grands centre commerciaux, et infrastructures, permettrons de répondre aux attentes en matière de tourisme et de déplacement.

Le VAL Cannes / Nice peut il être plus rentables que toutes les autres lignes VAL de France ?

Oui et pour deux raisons : la première est que s'il est relié au Tram de Nice, il bénéficiera dès le début de tout son afflux de passagers.

La seconde est que généralement les villes touristiques ont un chiffre d'affaire supérieur : en effet les personnes qui viennent pour quelques jours ne prennent pas d'abonnements, or, les tickets unitaires étant plus chers cela tire le chiffre d'affaire vers le haut

Les niçois et les métropolitains ont-ils intérêt à ce que cette ligne Cannes - Nice se fasse ?

Oui car d'une part la ligne sera rentable, donc, à terme, la partie Cagnes sur Mer -  Saint Laurent du Var - Nice rapportera de l'argent à la Métropole, mais en plus cela apportera de nouveaux voyageurs sur le réseau Tram de Nice et donc cela améliorera sa rentabilité.

D'autre part cela veut dire moins de voitures vers Nice, donc plus de places de parking disponibles, et bien sûr moins de circulation, moins de pollution, moins de bruit.

Ce projet est-il bon pour l'économie locale ?

A plus d'un titre ! Les entreprises sont demandeuses de transports en communs efficaces pour leurs salariés. Les biens immobiliers à proximité des stations connaitront une plus-value. D'autre part 40% des voyageurs qui arrivent à l'aéroport de Nice se rendent à Cannes. Il y a beaucoup de synergies ! Enfin, en n'ayant pas de conducteurs, cela limite les grèves qui risquaient de mettre en péril certains évènements comme le festival de Cannes.

Prendre le VAL sera-il aussi cher qu'à Orly ?

Non car il sera complètement intégré à au réseau des transports en commun du département et de la métropole. Les tickets et les abonnements seront communs. On pourra avec le même ticket prendre un bus puis le VAL puis le Tram.

Comment le financer et qui réalise le projet ?

Se sont les métropoles et communautés d'agglomération qui financent la plus grande partie de ces projets, avec le concours de subventions de la région, de l'État et de l'europe. La métropole, ou les communautés d'agglomération ont la responsabilité de lancer les enquêtes publiques, puis les appels d'offre, de choisir les prestataires nécessaires.

Il nous faut donc soit convaincre nos élus locaux, soit emporter des mairies en présentant nos propres candidats.

 

Retour à la page d'accueil